la compétition autres regards

La Compétition Autres Regards est constituée de quatre séances de 1h30 environ : Documentaire, Animation, Décalée et Expérimentale. On ne trouve donc que des films documentaires dans la première, que des films d’animation dans la deuxième, et que des films expérimentaux dans la dernière. Enfin, la séance « Décalée » regroupe des courts métrages se distinguant par leur originalité et leur audace dans le ton ou le scénario (alors que la séance Expérimentale salue la prouesse technique et visuelle). Le « Jury Autres Regards » remet également quatre prix : un par séance. Sont donc récompensés le meilleur film documentaire, le meilleur film d’animation, le meilleur film décalé et le meilleur film expérimental.

.

Le jury

En parallèle de la compétition officielle, le Festival accueille aussi trois étudiants réunis autour d’un président afin de juger la Compétition Autres Regards. Le jury décerne quatre prix : le Prix du meilleur documentaire, le Prix du meilleur court métrage d’animation, le Prix du meilleur court métrage décalé et le prix du meilleur court métrage expérimental.

Après des études de cinéma, Nicolas Zappi a travaillé comme photographe et assistant réalisateur avec de grands metteurs en scène comme Pierre Schoendoerffer ou Guy Hamilton. Pendant 10 ans, il a écrit des courts métrages, des séries et des téléfilms pour la télévision française. Il a aussi réalisé plusieurs courts métrages sélectionnés et primés dans des festivals internationaux ainsi que des spots publicitaires. Depuis 2018, il développe aussi plusieurs projets de fiction qui lui tiennent à cœur.

Après des études de cinéma à la Sorbonne puis à l’École de la Cité, Mattéo Dugast poursuit l’écriture et la réalisation de projets audiovisuels. En 2019, il réalise deux courts métrages sur le thème délicat de l’excision. Le premier, « J’avais 9 ans », remporte le prix « Coup de Coeur » au Mobile Film Festival et le grand prix du jury d’Amnesty International. Le second, « Excision », est nommé dans de nombreux festivals dans le monde.

Cinéphile depuis l’enfance, Manon Montrouge aime écrire, visionner et créer. Véritable « couteau suisse », la réalisation la passionne tout autant que l’argumentation et l’étude de la dramaturgie. Étudiante à Sciences Po Bordeaux, Manon a eu la chance de rencontrer d’autres passionnés afin d’écrire pour des gazettes, de participer à des festivals et de réaliser ses propres courts métrages.

Originaire de Paris, Victor Simoni se passionne depuis une dizaine d’années pour le cinéma. Ancien étudiant en classe préparatoire littéraire et maintenant étudiant en histoire, il s’oriente vers l’écriture, la recherche et l’enseignement. Il s’attache particulièrement à mettre sur un pied d’égalité le cinéma « de genre » et le cinéma « d’auteur ».